© Protection des
droits d'auteurs

Corinne Le Ciclé ou la conquête de l'abstraction

Corinne Le Ciclé peint de mémoire. Quand elle est à Prague, elle peint des images d'Afrique de Camargue, du Népal. Quand elle est à Lisbonne, la guinguette en bord de Seine. A Kiev, elle peint des vertiges.

Peu à peu elle trouve un langage qui semble lui convenir, inspiré par la forme et les couleurs des fleurs.
Des fleurs sauvages avec leur infinité de nuances chromatiques sortant de l'herbe leur magnifique petite tête de pétale. Jardin anglais traduit son imaginaire: "Cette toile est née du seul désir de peindre et d'exprimer mon idée du jardin idéal, mon paradis".
Ses fleurs sont aussi créées à partir de sa mémoire.

Au fil du temps, les fleurs de Corinne Le Ciclé se métamorphosent en de petits cercles colorés qui encerclent d'autres cercles provoquant des rythmes et des jeux de couleur. Des étranges boutons organiques parsemés par groupes nous font penser au collier de Judith peint par Klimt: Rocaille.
Les cercles, elle les associe à des lignes organisant des compositions abstraites. Dans Carnaval, ils flottent en compagnie de formes serpentines comme chez Kandinsky. ... Comme si l'abstraction lui donnait le vertige... Elle récidive.

L'artiste revient constamment au cours de son aventure picturale à ses motifs floraux naturalistes comme si elle avait besoin d'un repère originel pour recommencer sa démarche vers l'abstraction:
"Je ne peux m'empêcher de revenir à l'art naturaliste et réaliste, c'est un retour à la terre pour me reposer des hommes que j'étudie à travers l'art abstrait" dit l'artiste.

Les toiles abstraites qu'elle exécute, ses cercles qui prennent du poids et finissent en pointe, les segments qui marquent des oppositions, les arabesques qui font vibrer les couleurs et les font rimer inscrivent sur la toile, sa conception du monde: "Je me sers des formes comme d'un langage pour exprimer mes idées. Mes toiles sont des thèses et des antithèses, une démarche d'écrivain dont l'outil est un pinceau".

C'est ainsi que les titres métaphoriques qu'elle choisit complètent leur contenu, le sens qui se cache derrière, la métaphore graphique.

L'intention de l'artiste est de parler du monde dans lequel nous vivons et qui lui inspire des sentiments d'une profonde humanité. Le nid de coucou elle l'a conçu comme une "toile fermée, sans échange". À travers cette image, elle dénonce la corruption qui fait obstacle aux démocraties naissantes. Avec La carte révolutionnaire, les révoltes inabouties des peuples auxquels manquent la malice politique et les moyens économiques. L'Art migratoire lui a été dicté par le destin de boat people qui migrent vers des "terres meilleures" mais dont l'avenir se transforme dans un gouffre. Rouge et passionné, L'arbre de cœur prouve "l'amour de la famille qui nourrit le monde".

La démarche artistique de Corinne le Ciclé est double. Elle aime peindre la nature particulièrement cette beauté libre que lui inspire la vue des fleurs... Et parallèlement, elle entreprend un travail engagé et critique du monde politique et économique qui préfère le pouvoir à l' humain.

Ileana Cornea février, Paris 2008

Tv Bcv (11 février 2008) - extrait de l'interview

Speaker: Que pensez vous du travail de Corinne Le Ciclé?

Mr. Oleg Pinchuk: C'est très talentueux, frais, vraiment particulier et plein d'éclat. Et j'ai l'impression que toutes ses toiles émanent de la bonté. Quand on entre ici, on pénètre dans une vraie magie, c'est un enchantement de la couleur. Les compositions sont bien équilibrées, d'une façon intuitive, mais l'approche est tout à fait professionnelle. On comprend que ces toiles peuvent embellir chaque bureau, chaque intérieur de maison. Voilà pourquoi il faut revenir ici à la galerie pour regarder encore une fois, réfléchir et acheter quelque chose.

Speaker: Mr Pinchuk a dans sa collection privée les oeuvres de Maria Primatchenko (artiste naïve ukrainienne reconnue) qui avait une vision du monde pénétrée de la même grande bonté que Corinne Le Ciclé.
 
 


Jardin Anglais

Rocaille

Carnaval

Le nid de coucou

L'Art migratoire

L'arbre de cœur